Aller au contenu

Depuis quelques jours, un nouveau téléservice est disponible sur service-public.fr. Il permet aux victimes de fraude à leur carte de paiement de se signaler auprès des autorités.

Un tel service était nécessaire et attendu depuis longtemps. En effet, la fraude aux cartes de paiement a lieu essentiellement sur Internet aujourd'hui (à plus de 70% selon les statistiques publiées par l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement). Cela veut dire que le lieu où se commet réellement l'infraction n'a en général aucun rapport avec l'endroit où se trouve la victime. De surcroît, c'est le cumul des informations provenant des nombreuses victimes qui permettra d'identifier les fraudeurs et leur mode opératoire et facilitera la coopération internationale (plus facile si on peut identifier un préjudice conséquent lié aux mêmes auteurs).

Lorsqu'on constate un paiement frauduleux avec son numéro de carte bancaire (en consultant son relevé de compte en ligne, ou encore en étant prévenu par sa banque ou son prestataire de paiement), les opérations suivantes peuvent maintenant être réalisées par les victimes:

  • Mettre sa carte en opposition en contact son organisme de paiement (en général par un simple appel téléphonique)
  • Réaliser son signalement sur le téléservice Percev@l (on le retrouve simplement sur le site service-public.fr en cherchant Percev@l ou "fraude carte bancaire")
  • Transmettre le récépissé fourni par Percev@l à sa banque pour faciliter les opérations de remboursement

Pour se connecter à Percev@l, l'usager doit utiliser un identifiant FranceConnect. Celui-ci est accessible à tous les résidents français grâce à leurs comptes Ameli, des Impôts ou encore Laposte ou Mobileconnectetmoi. Très rapidement, la plateforme FranceConnect sera interopérable avec d'autres agrégateurs d'identité à travers l'ensemble de l'Union européenne dans le cadre du règlement européen eIDAS.

Ensuite, les informations fournies sont directement traitées par des analystes et des enquêteurs du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N) de la gendarmerie et les rapprochements ainsi réalisés contribuent à l'ouverture d'enquêtes judiciaires qui peuvent être traités par des services spécialisés de gendarmerie ou de police partout en France.

Ce téléservice était attendu - j'en parlais dans mon livre La cybercriminalité en mouvement en 2012: il fait l'objet en particulier d'une recommandation dans le rapport de 2014 sur la lutte contre la cybercriminalité. Les banques et les commerçants en ligne sont aussi particulièrement mobilisés et ils ont été associés à la construction de ce projet; ils coopéreront évidemment aux enquêtes judiciaires.

Souhaitons que Percev@l soit utilisé par une partie importante des victimes de fraude à leur carte de paiement. Ils contribueront ainsi à la lutte contre cette forme malheureusement trop répandue de cybermenace. Percev@l contribue pleinement au volet numérique de la Police de sécurité du quotidien et s'intègre au programme Ma gendarmerie en ligne! de la gendarmerie nationale.

1

Le 27 février 2018 à 14h30, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a ouvert officiellement la Brigade numérique. Il s'agit du premier gros projet intégralement piloté par la mission numérique mise en place le 1e mai 2017 pour piloter la stratégie numérique de la gendarmerie.

Un message important d'abord: en situation d'urgence, le bon réflexe reste toujours de contacter le 17 ou le 112 (ou encore le 114 par fax ou SMS pour les personnes avec des difficultés à entendre ou à parler).

Rénover et renforcer le contact

Ce projet s'inscrit pleinement dans la Police de sécurité du quotidien souhaitée par le gouvernement. La mission fixée aux vingt gendarmes de la Brigade numérique installée à Rennes est d'assurer en ligne l'ensemble des fonctions d'accueil des brigades de gendarmerie, 24 heures sur 24 et ce où que se trouvent les usagers. Il s'agit donc de compléter l'offre de contact des brigades de gendarmerie par un service accessible en fonction des contraintes des usagers qui n'ont pas toujours le temps ou la possibilité de se déplacer.

Toutes les questions traitées dans les brigades de gendarmerie pourront ainsi recevoir une réponse rapide: une base de connaissance de plus de 800 questions et réponses a été constituée grâce à l'expérience des gendarmes de terrain. Elle sera enrichie des questions posées aux gendarmes de la Brigade numérique et mise à disposition de l'ensemble des personnels de terrain pour permettre un accueil de qualité sur l'ensemble du territoire, par les canaux numériques ou directement au contact des gendarmes.

Les gendarmes de la Brigade numérique parlent plusieurs langues et pourront être renforcés par des réservistes de la gendarmerie afin de gérer les pics d'affluence qui seront certainement rencontrés au moment des grands événements ou des périodes touristiques.

Enfin, suivant les situations, un message sera transmis à la brigade de gendarmerie dont dépend l'usager pour assurer un suivi personnalisé. La Brigade numérique c'est donc Ma gendarmerie en ligne!

Contacter la Brigade numérique

Dans un premier temps, la Brigade numérique sera joignable sur le site Web de la gendarmerie grâce à une fenêtre de chat, sur les comptes twitter et Facebook de la gendarmerie.

Une foire aux questions est aussi accessible en libre-service pour répondre aux problèmes les plus courants que peuvent se poser les usagers.

Et demain?

Plusieurs évolutions des services offerts par la gendarmerie en ligne sont programmés. En particulier, la possibilité d'organiser des rendez-vous sur le terrain ou en brigade de gendarmerie. Pour faciliter ces développements, nous avons recherché le soutien du disposition des Entrepreneurs d'intérêt général (EIG) porté par Etalab. Le projet de la Brigade numérique a été retenu et deux EIG sont intégrés à la Mission numérique entre janvier et novembre 2018.

Bien entendu nous serons à l'écoute des attentes des usagers pour faire évoluer rapidement les services numérique offerts par la gendarmerie et améliorer le contact et la proximité avec nos usagers. N'hésitez pas à contacter la Brigade numérique, ils sont à votre service !

Revue de presse

La transformation numérique est parfois décrite comme l'effet de la numérisation de notre société. L'enjeu pour la gendarmerie est bien évidemment de ne pas avoir une attitude passive face à ces évolutions, mais de les embrasser pleinement et d'en faire un atout. C'est pourquoi le général d'armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, a décidé en janvier dernier la création de la mission numérique de la gendarmerie nationale (MNGN):

[...] Je l'ai souhaité stratégique avec une mission numérique au sein de notre direction générale. La situation est très semblable au brouillard de guerre, nous devrons veiller à ce que la mobilisation profite à chaque gendarme.

C'est avec beaucoup d'honneur et sans hésitation que j'ai accepté cette nouvelle mission et depuis un mois maintenant rassemblé une nouvelle équipe chargée de proposer et piloter notre stratégie sur l'ensemble du champ numérique (et cela inclut non seulement les enjeux de la transformation numérique mais aussi ceux de la lutte contre les cybermenaces).

La gendarmerie, comme la plupart des services de police dans le monde, ne découvre pas le numérique et l'impact sur nos missions. Pour ne citer que quelques exemples, le réseau Rubis de radio-communication numérique de la gendarmerie a été pensé dès les années 1980 et les premières enquêtes de la gendarmerie dans le champ numérique datent au moins des années 1990.

Ce qui change aujourd'hui c'est à la fois la rapidité des évolutions liées aux technologies numériques, l'ampleur de leur impact sur les organisations et les attentes de plus en plus fortes des citoyens et des gendarmes.

Plusieurs projets majeurs sont déjà sur les rails avec notamment le déploiement cet automne de terminaux mobiles Néogend (smartphones et tablettes) auprès de l'ensemble des gendarmes de terrain, l'expérimentation menée depuis deux ans dans le Nord et en Bourgogne ayant démontré un fort impact sur leur efficacité, leur capacité à être plus mobiles et donc d'offrir un meilleur service au contact de la population.

Il s'agit pour la mission numérique de la gendarmerie nationale de contribuer à l'essor de ces projets et d'aller au-delà. Ainsi la MNGN traitera de façon transverse de l'ensemble des aspects de la vie de la gendarmerie: recrutement, formation, opérations, renseignement, enquête judiciaire, etc. Et donc en réalité nous nous intéresserons à tous les métiers de la gendarmerie et à tous ses personnels quel qu'en soient le statut (militaires, civils, opérationnels ou de soutien).

Je témoignerai sur mon blog de cette nouvelle aventure au sein de la gendarmerie, qui ne cesse de confirmer par sa modernité et son dynamisme les raisons de mon engagement voilà plus de 20 ans. Rendez-vous donc ici et sur mon fil social @ericfreyss.