Aller au contenu

La vulnérabilité SSL/TLS démontrée sur Twitter

Twitter_Badge_1[1]Au début du mois de Novembre, une vulnérabilité touchant la fonction de re-négociation des protocoles de sécurisation SSL/TLS était rendue publique (et j'en avais déjà parlé ici). Cette semaine, une nouvelle démonstration de cette faille a été faite sur la plateforme Twitter. La société Twitter a déjà corrigé cette faille.

TLS-renegotiate[1]
Cliquer sur l'image pour aller vers l'article
D'abord, un pointeur vers un autre article qui décrit le principe de l'attaque découverte initialement par un joli schéma.

 

Beaucoup de spécialistes ont rapidement souligné que cette vulnérabilité ne devrait pas avoir d'application facile dans la vie réelle. Malheureusement il semble qu'il faille effectivement la prendre au sérieux. En effet, Anıl Kurmuş, jeune chercheur en sécurité Suisse, a rendu public une démonstration (il l'annonçait mercredi 11 novembre sur Full Disclosure) de la possibilité d'exploiter cette attaque sur Twitter.

Le principe sous-jacent est assez simple puisqu'il repose sur la fonctionnalité même de Twitter qui vise à laisser l'utilisateur publier n'importe quoi. Il a suffi à Anıl Kurmuş de détourner l'API (interface de programmation) de Twitter pour publier en lieu et place du message une partie du cookie, qui contient systématiquement le mot de passe codé, dans le cas de Twitter:

 

mitm
Démonstration d'Anil Kurnus

Il ne reste plus qu'à décoder l'identification qui est ici transmise en Base 64 (ou à la réutiliser telle qu'elle !). Twitter aurait depuis le 10 novembre corrigé la faille. On peut suivre l'évolution des publications des mises à jour des applications concernées par la faille de re-négociation SSL/TLS sur le site de Phonefactor, pour l'instant une version mise à jour d'OpenSSL 0.9.8l bloque déjà la fonction de re-négociation, en attendant un correctif plus pointu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.