Aller au contenu

Les pirates ont pignon sur rue

Un phénomène de plus en plus courant est dénoncé aujourd'hui par un article posté sur Switched.com: la présence de vitrines commercialisant des services de "piratage" divers et variés. Bien évidemment, je ne donne pas dans cet article de lien directement cliquable vers ces sites web dont l'activité est illicite.

Ici ce sont deux sites Web qui sont présentés : yourhackerz.com et slickhackers.com.

Que proposent-ils ? On peut voir sur le site du premier la page d'accueil suivante :

Page d'accueil de YourHackerZ.com
Page d'accueil de YourHackerZ.com

et les services proposés: "Pour 100 dollars, nous crackons les mots de passe des principaux sites de messagerie web". Ils indiquent être en relation avec slickhackers.com. On y retrouve le même concept, mais étendu à d'autres types de sites comme Facebook mais aussi les mêmes messageries en ligne.

Aparté juridique

Sur le plan juridique, je rappelle que non seulement les services commercialisés par de telles personnes sont répréhensibles pénalement (2 à 3 ans de prison et 30.000 à 45.000 euros d'amende au moins en France, selon que le procédé suppose ou non de modifier le mot de passe), mais de la même façon pour toute personne qui achèterait un tel service ou en utiliserait le résultat. De surcroît, il s'agit vraisemblablement d'un groupe de délinquants rentrant dans la définition de la délinquance organisée, donc susceptibles de circonstances aggravantes.

Creusons un peu le dossier

Le site web que nous examinons ici est hébergé sur une adresse IP (94.194.139.xxx) qui héberge plusieurs sites Web :

  • www.hackfacebookpasswords.com
  • www.yourhackers.net
  • yourhackerz.com
  • www.slickhackers.com
  • www.yourhackerz.com

Un examen des informations d'enregistrement de ces domaines nous donne des informations d'enregistrement pour :

  • Un certain V.M. (pas besoin de mentionner le nom complet pour la démonstration et de toutes façons c'est certainement un alias), chez Dynadot.com
  • Un certain V.S.
  • Un certain M.K.
  • Un certain H.S., dans un autre bureau d'enregistrement (EHostpros.com), avec cette fois-ci une adresse postale au Royaume-Uni.

L'adresse IP du serveur est identifiée elle-même comme correspondant à un serveur hébergé au Royaume-Uni (AS 35228, Beunlimited), qui semble en réalité être un fournisseur d'accès, donc vraisemblablement ici un hébergement artisanal "à domicile" (www.bethere.co.uk). Soit il s'agit de l'abonnement du premier suspect à inquiéter, soit il s'agit d'une machine dont le contrôle a été pris, à l'insu de son propriétaire...

Combien de temps avant que les personnes derrière ce site web soient identifiées et ce site fermé ? En plus, rien ne nous prouve (et je ne vais pas essayer ni les lecteurs non plus !) que le service offert soit réel.

Au passage, on note ici l'utilisation des services de Dynadot qui est souvent cité comme lié à des enregistrements de noms de domaines aux activités peu recommandables, tout simplement parce que cette société offre des services d'anoymisation et certainement des tarifs attractifs. Apparemment ces sites web sont en ligne depuis le début de l'année 2008 au moins...

En France, ce ne serait pas simple de mener une enquête sur ce type de site Web. En effet, il n'est possible de rentrer en contact et échanger avec des délinquants supposés (et donc vérifier les services proposés) que pour les infractions liées aux atteintes aux mineurs et de traite des êtres humains, visées par les articles 706-35-1 et 706-47-3 du code de procédure pénale introduits par la loi sur la prévention de la délinquance de mars 2007 (j'ai évoqué ce thème des cyberpatrouilles à plusieurs reprises). Souhaitons que ces dispositions soient étendues aux infractions d'atteintes aux systèmes de traitement automatisé de données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.