Aller au contenu

1

Le message est simple aujourd'hui:

Ne tombez pas dans le panneau!

Cette semaine, j'ai reçu un appel au bureau d'une personne qui pensait m'avoir déjà eu en ligne. Malheureusement pour lui, ce n'était pas la même personne, il venait de se faire escroquer par un usurpateur.

Les scénarios de ces escroqueries sont multiples, ils ont souvent plusieurs étapes et plusieurs intervenants. Les plus courants commencent de deux façons:

  • Un dialogue sur un site de rencontres
  • Un échange suite à une petite annonce

Sur les sites de rencontre, la conversation s'engage et la victime commence à faire confiance. Dans certains cas, une relation se noue et l'escroc (ou les escrocs, car il est possible qu'ils se relaient derrière le même pseudonyme) demande de l'argent pour payer des frais médicaux ou même le voyage ou les frais de visa pour rencontrer son nouvel amour.

Evidemment, le paiement est toujours par des moyens inhabituels pour beaucoup d'entre nous: cartes bancaires prépayées ou coupons de recharges pour ces cartes, virements Western Union. D'ailleurs, très souvent (et c'est une bonne chose!) les buralistes posent des questions aux personnes qui se présentent pour acheter les coupons de recharge, et lorsqu'ils ont un doute ils sensibilisent les clients sur les risques d'escroquerie.

Parfois, l'escroquerie est plus agressive et la victime se voit menacée de révéler ses échanges, accusée de pédophilie (la personne avec qui elle discutait disant être mineure), et dans certains cas des vidéos ont été enregistrées à son insu suite à des discussions qu'elle croyait intimes et l'escroc menace de révéler ces vidéos à tous ses amis et contacts professionnels (chantage dit à la webcam).

Souvent encore, il y a une dernière étape avec l'intervention d'un soi disant service de police spécialisé qui contacte la victime par courrier électronique pour lui réclamer le paiement d'une amende ou alors de risquer des poursuites. C'est là que mon nom se retrouve souvent utilisé, un soi disant "Commissaire Général Eric Freyssinet" d'un service spécialisé en cybercriminalité fantaisiste, et le courriel est envoyé depuis une adresse gratuite (gmail, yahoo, hotmail, etc.).

Au passage:

Police et gendarmerie utilisent des adresses de courrier électronique officielles en gendarmerie.interieur.gouv.fr ou interieur.gouv.fr.

Jamais un policier ou un gendarme ne vous demandera de payer une amende directement dans un courrier électronique.

C'est intéressant d'utiliser le nom d'un policier ou d'un gendarme connu, parce qu'on trouve des traces de celui-ci sur Internet et la victime peut tomber dans le panneau (malheureusement !).

Dernier conseil: quand vous avez un doute suite à une discussion ou une transaction sur Internet, n'hésitez pas à en parler à un ami ou un membre de votre famille ou appelez le numéro Info Escroqueries 0 805 805 817 (lundi-vendredi 9h-18h30, numéro vert). Je compte sur mes lecteurs pour faire passer le message !

La transformation numérique est parfois décrite comme l'effet de la numérisation de notre société. L'enjeu pour la gendarmerie est bien évidemment de ne pas avoir une attitude passive face à ces évolutions, mais de les embrasser pleinement et d'en faire un atout. C'est pourquoi le général d'armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, a décidé en janvier dernier la création de la mission numérique de la gendarmerie nationale (MNGN):

[...] Je l'ai souhaité stratégique avec une mission numérique au sein de notre direction générale. La situation est très semblable au brouillard de guerre, nous devrons veiller à ce que la mobilisation profite à chaque gendarme.

C'est avec beaucoup d'honneur et sans hésitation que j'ai accepté cette nouvelle mission et depuis un mois maintenant rassemblé une nouvelle équipe chargée de proposer et piloter notre stratégie sur l'ensemble du champ numérique (et cela inclut non seulement les enjeux de la transformation numérique mais aussi ceux de la lutte contre les cybermenaces).

La gendarmerie, comme la plupart des services de police dans le monde, ne découvre pas le numérique et l'impact sur nos missions. Pour ne citer que quelques exemples, le réseau Rubis de radio-communication numérique de la gendarmerie a été pensé dès les années 1980 et les premières enquêtes de la gendarmerie dans le champ numérique datent au moins des années 1990.

Ce qui change aujourd'hui c'est à la fois la rapidité des évolutions liées aux technologies numériques, l'ampleur de leur impact sur les organisations et les attentes de plus en plus fortes des citoyens et des gendarmes.

Plusieurs projets majeurs sont déjà sur les rails avec notamment le déploiement cet automne de terminaux mobiles Néogend (smartphones et tablettes) auprès de l'ensemble des gendarmes de terrain, l'expérimentation menée depuis deux ans dans le Nord et en Bourgogne ayant démontré un fort impact sur leur efficacité, leur capacité à être plus mobiles et donc d'offrir un meilleur service au contact de la population.

Il s'agit pour la mission numérique de la gendarmerie nationale de contribuer à l'essor de ces projets et d'aller au-delà. Ainsi la MNGN traitera de façon transverse de l'ensemble des aspects de la vie de la gendarmerie: recrutement, formation, opérations, renseignement, enquête judiciaire, etc. Et donc en réalité nous nous intéresserons à tous les métiers de la gendarmerie et à tous ses personnels quel qu'en soient le statut (militaires, civils, opérationnels ou de soutien).

Je témoignerai sur mon blog de cette nouvelle aventure au sein de la gendarmerie, qui ne cesse de confirmer par sa modernité et son dynamisme les raisons de mon engagement voilà plus de 20 ans. Rendez-vous donc ici et sur mon fil social @ericfreyss.