Aller au contenu

2

Le 1er mai 2017, je prenais les rênes de la toute nouvelle Mission numérique de la gendarmerie (MNGN). Deux ans et demi plus tard, c'est l'occasion pour moi de faire le bilan et de passer très bientôt à de nouvelles aventures, tout en ayant le sentiment que nous avons pu réaliser de très belles choses avec cette équipe et nos partenaires.

L'ambition était forte pour la gendarmerie: prendre résolument le virage de la transformation numérique et passer le cap de 2020 avec une dynamique renouvelée. Nous avons la chance d'être dans une maison toujours tournée vers l'innovation, et ce depuis de nombreuses années (en témoignent notamment les Ateliers de la performance qui valorisent l'innovation participative en gendarmerie depuis 2006), le réseau CyberGend en matière de lutte contre la cybercriminalité ou les infrastructures de communication toujours renouvelées développées par le STSI², mais le défi pour nous était de changer de braquet, montrer qu'on pouvait faire encore mieux.

Les réalisations ont été nombreuses. Ainsi, nous avons pu mettre en place en six mois, dès le début de l'année 2018, la Brigade numérique de la gendarmerie qui répond aux sollicitations toujours plus nombreuses des internautes sur les questions de sécurité du quotidien, 24 heures sur 24. Parmi les facteurs de succès de ce projet, je tiens à citer évidemment l'implication des personnels de cette unité qui ont créé une mission totalement nouvelle en gendarmerie, mais aussi la capacité d'une région de gendarmerie (ici la Bretagne) et tous les acteurs intermédiaires (les services logistiques ou de doctrine en sécurité publique et police judiciaire au sein de la direction générale de la gendarmerie nationale) de se mobiliser, d'être particulièrement inventifs et réactifs.

Et là où les réalisations accompagnées par la MNGN ont été nombreuses c'est quand elles ont pu être portées directement par les services, et des expérimentations réalisées dans les régions. Par exemple, notre direction en charge des ressources humaines a su développer en quelques mois un chatbot pour accompagner les officiers de gendarmerie dans leurs carrière, première brique d'une modernisation profonde de la gestion de nos personnels, leur offrant notamment plus de transparence dans leurs parcours professionnels. Au passage, ces projets ne sont souvent possibles que parce que nous avons pu travailler avec des startups, des acteurs de proximité en France qui ont développé avec nous les solutions innovantes nécessaires.

Notre action s'est traduite par l'affinage d'une véritable stratégie de transformation numérique de la gendarmerie, qu'une partie de l'équipe présentait au mois de janvier dernier lors du FIC 2019 sur le plateau d'Acteurs publics TV.

La dernière clé du succès pour moi est évidemment dans l'humain, au travers des rencontres et du travail commun avec tous nos partenaires internes et externes (on peut citer l'équipe service-public.fr de la DILA qui nous accompagne dans plusieurs projets dont la prise de rendez-vous en ligne en cours d'expérimentation et le programme des entrepreneurs d'intérêt général - EIG) et surtout grâce à une équipe formidable qui m'a entouré au cours de ces deux ans et demi (merci à vous tous Michaël, Florence, Rémy, Marielle et à Dora et Jean-Baptiste nos EIG). La transformation numérique n'est possible que grâce à cette richesse du travail collectif.

L'humain (au service de la cybersécurité) est justement le thème du Forum international de la cybersécurité 2020, du 28 au 30 janvier prochain, rendez-vous à Lille !