Aller au contenu

2

Canaux de discussion IRC utilisés par les cybercriminels (Image: Symantec)
Canaux de discussion IRC utilisés par les cybercriminels (Image: Symantec)

Le 17 septembre 2009, David Goldman de CNNMoney.com publie une enquête sur les activités des cybercriminels telles qu'elles sont perçues aux États-Unis.

Il replace d'abord les choses sur le terrain adéquat: aujourd'hui les cyberdélinquants sont avant tout motivés par le gain financier. Effectivement, grâce aux multiples scénarios d'escroquerie développés, ce sont des milliards d'euros qui sont à leur portée. Le premier vecteur de ces méfaits serait la diffusion de logiciels malveillants selon l'article.

Une fois les informations personnelles des victimes récoltées grâce aux divers chevaux de Troie, les escrocs décrits dans l'article se retrouvent sur de véritables places de marché confidentielles organisées sur des canaux de discussion IRC privés. $0.98 pour un numéro de carte de crédit acheté en gros ou $10 environ pour une identité "complète".

Des intermédiaires fournissent des services particulièrement utiles pour ce commerce: vérification de la validité de la carte bancaire, transfert d'argent sur des comptes offshore,... Certains de ces intermédiaires sont en fait des victimes malgré elles, les "mules" qui croient - avec plus ou moins de bonne foi - travailler pour un employeur étranger. Ainsi il leur est demandé de retirer l'argent qui arrive sur leur compte bancaire ou un colis à la poste pour le réexpédier ailleurs dans le monde, contre une rémunération de 10 à 15% de la valeur.

Les enquêteurs du FBI déclarent avoir infiltré ces canaux IRC... Albert Gonzales était d'ailleurs l'un de leurs informateurs.

Vu le nombre de victimes dans le monde aujourd'hui, de gros progrès restent à faire en matière de prévention: sur l'efficacité des logiciels antivirus, la détection des courriers électroniques d'escrocs ou tout simplement une bonne information du public qui tombe trop souvent dans le panneau.