Aller au contenu

16

Les terribles évènements du 22 juillet à Oslo ont entraîné le débat plus que prévisible de l'impact d'Internet sur les actions du principal suspect. Alors que l'enquête ne fait que commencer, que la douleur des familles est loin d'être apaisée, les commentateurs sont appelés sur les plateaux de télé pour évoquer l'impact d'Internet sur de tels actes de terreur. Ce soir, Laurent Joffrin (@laurent_joffrin) s'essaie au difficile exercice de dessiner les sources d'inspiration possibles du terroriste. Bien évidemment il cite parmi les hypothèses probables l'accès facile à certains débats de haine sur Internet, et conclut en soulevant le danger de laisser notamment se développer sans contrôle certains sites Internet francophones. On lira aussi cette interview de Jean-Yves Camus sur Rue89.

De façon toute aussi évidente, les enthousiastes de l'Internet, se sont empressés de critiquer ces points de vue, certains n'hésitant pas à nier le rôle que peut jouer un outil de communication aussi puissant dans les grands évènements de notre société.

Dans le cas présent, même s'il est certainement beaucoup trop tôt pour conclure trop radicalement, il semble parfaitement légitime de questionner l'usage qu'Anders Breivik a pu avoir d'Internet, ne serait-ce que par sa façon de mettre en scène sa présence sur le net quelques heures avant de s'en prendre à des dizaines d'innocents.

Une fois de plus ne mettons pas la tête dans le sable

Voilà quelques mois, j'invitais mes lecteurs à ne pas faire l'autruche, et se rendre compte que oui, Internet, ce média formidable de communication et de développement de nos sociétés, est aussi abusé et la délinquance sous toutes ses formes, notamment portant atteinte aux mineurs, s'y développe, peut-être un peu plus vite ou de façon plus variée que si Internet n'existait pas.

Dans le cas présent, il faut se rappeler à cette réalité: oui, Internet a pu jouer un rôle. Et non, ça ne veut pas dire qu'Internet est responsable (ça n'aurait d'ailleurs pas de sens), mais il est parfaitement irresponsable de ne pas se rendre compte, notamment pour les professionnels de l'Internet, que les messages de haine, les théories les plus saugrenues sur notre société, se propagent plus vite, se développent plus vite et ont peut-être une influence plus rapide et plus efficace sur certaines personnes, grâce à ces mêmes technologies formidables qui rendent les échanges plus riches chaque jour, la communication plus libre et la pensée certainement plus riche.

Une prise de conscience nécessaire pour le bien d'Internet

De la même façon qu'il n'est pas vraiment raisonnable de renoncer au progrès dans les moyens de transport, parce qu'ils présentent des risques, parce qu'on peut avoir un accident sur la route ou se faire agresser dans un train, il faut favoriser les comportements et développer les technologies qui aideront à faire qu'Internet soit plus sûr et à en maîtriser les dérives les plus graves, tout en préservant les bienfaits qu'il apporte.