Aller au contenu

fic 2014Bien installé dans le paysage des événements liés à la cybersécurité, le 6ème Forum International sur la Cybersécurité aura lieu les 21 et 22 janvier prochains à Lille Grand Palais.

Pour vous inscrire: http://www.forum-fic.com/

La thématique générale de cette année est "Identité numérique et confiance", mais vous trouverez dans le programme de nombreux thèmes qui vous intéresseront, notamment ceux qui sont au cœur de la lutte contre la cybercriminalité. Cet événement se veut ouvert et tourné vers les entreprises, les collectivités locales, les administrations et le citoyen. C'est pour cela que cette année encore l'entrée est gratuite. En y participant, vous pourrez échanger dans les couloirs et au moment des pauses, poser des questions lors des débats, des ateliers et des conférences.

Cette année plusieurs nouveautés importantes:

  • l'organisation d'un challenge forensique à destination des étudiants et des débutants dans l'investigation numérique (les inscriptions sont closes depuis le 31 décembre);
  • de nombreux ateliers seront en anglais ou traduits en anglais pour une meilleure ouverture vers nos visiteurs étrangers;
  • l'attribution d'un prix de la PME innovante.

Pour ma part je participerai à deux occasions:

  • Une conférence de 45 minutes sur la lutte contre la cybercriminalité
  • Un atelier que j'animerai avec Guillaume Arcas (Sekoia) sur la réponse aux incidents dans les entreprises. La réponse aux incidents comporte notamment les techniques qui sont mises en oeuvre pour comprendre l'origine et l'importance d'un incident de sécurité informatique, collecter éventuellement des preuves (en vue d'un dépôt de plainte) et aider aux processus de reprise d'activité. Cet atelier se déroulera en trois temps, avec une introduction concrète sur ce qu'est la réponse aux incidents, une démonstration des méthodes utilisées puis une table ronde pour discuter avec la salle des enjeux et difficultés de la réponse aux incidents avec plusieurs intervenants.

Rendez-vous à Lille !

1

Botconf-Poster-WebQuelques mois déjà que je n'ai pas publié sur ce blog, plein de boulot comme beaucoup, mais surtout un événement important à organiser: la première conférence sur la lutte contre les botnets, Botconf. Nous étions ainsi plus de 160 personnes du monde entier rassemblés les 5 et 6 décembre derniers à Nantes (Loire-Atlantique, France).

Les origines

Depuis un peu plus de deux ans je suis engagé dans une thèse de doctorat sur la lutte contre les botnets. Pendant ces travaux je suis amené à rencontrer et échanger avec des spécialistes de toutes origines (chercheurs du monde académique et industriel, mais aussi des chercheurs indépendants et évidemment des spécialistes d'autres services officiels en France et à l'étranger), lire des papiers scientifiques, des articles de blog et assister à des conférences. Une confirmation d'abord: les botnets préoccupent aujourd'hui beaucoup d'acteurs, de nombreuses réflexions, expérimentations et actions sont menées pour lutter conte eux.

Note pour les lecteurs moins assidus de mon blog: les botnets sont des réseaux constitués par des ordinateurs sous le contrôle d'un virus informatique - une fois infectés par ce virus ils se connectent à un système de commande et de contrôle (souvent un site Web, mais ça peut être aussi un système de communication pair à pair ou encore en abusant d'un réseau social tel que twitter comme canal de communication). L'utilisation de ces réseaux de machines est varié: diffusion de spams ou encore d'autres virus, collecte d'informations confidentielles sur les ordinateurs infectés, conduite d'attaques en déni de service coordonnées, etc. Il s'agit de l'infrastructure cybercriminelle la plus utilisée aujourd'hui sur Internet.

Mais pour ce qui est des conférences ouvertes sur la sécurité, beaucoup traitent d'aspects intéressants et en rapport avec les botnets, mais les sujets sont parfois isolés et dans la salle peu sont les participants qui en général travaillent spécifiquement sur cette question - même si elle touche beaucoup d'univers de la sécurité numérique - et donc il y a rarement de vrais débats ou retours. Il existe évidemment des conférences qui touchent aux virus informatiques (on peut citer ECIW 2012 qui était organisé chez nos amis de l'ESIEA à Laval, la conférence de Virus Bulletin qui aura lieu du 24 au 26 septembre 2014 à Seattle ou encore Malcon). Il existe des conférences plus confidentielles où ces questions sont évoquées (à Interpol et Europol évidemment ou encore le Digital crimes consortium organisé chaque année par Microsoft). Il m'a donc semblé, avec un groupe de participants actifs de la communauté Botnets.fr qu'il y avait de la place pour une conférence ouverte traitant spécifiquement de la lutte contre les botnets.

L'organisation

C'est un travail d'équipe avant tout. Ainsi, même si tous n'ont pas pu venir à Nantes, nous avons été une bonne dizaine à participer activement de près ou de loin au succès de cette conférence. Je vais citer leurs pseudonymes sur twitter et par ordre alphabétique: @ackrst@fabien_duchene@FredLB@g4l4drim, @gcouprie@Jipe_@penpyt@_Reza__@r00tbsd@sanguinarius_Bt@Sebdraven, @udgover ainsi que @vloquet pour les relations presse. Plus généralement, c'est la communauté Botnets.fr dans son entier qui s'est beaucoup mobilisée pour nous soutenir - au moins moralement - et bien entendu des sponsors qui nous ont progressivement rejoints pour permettre à l'événement de se réaliser.

En pratique, nous avons déposé les statuts d'une association dès le mois de novembre 2012 pour offrir un cadre juridique clair à l'organisation, monté une évaluation du budget et commencé à rechercher les meilleurs endroits pour organiser cette conférence. Une partie de l'équipe étant basée à Nantes, c'est dans cette ville que nous avons choisi de commencer l'aventure. La Chambre de commerce et d'industrie de Nantes dispose de locaux très adaptés à ce type d'événements, à des coûts particulièrement raisonnables et nous nous sommes donc tournés vers eux (et l'accueil sur place fut excellent). Le comité scientifique a été construit en même temps pour garantir une construction du programme incontestable, je tiens à tous les remercier: Hendrik Adrian (Japon), José Araujo (France), Domagoj Babic (USA), Gilles Berger-Sabbatel (France), Guillaume Bonfante (France), Nicolas Brulez (France), Alexandre Dulaunoy (Luxembourg), Barry Irwin (Afrique du Sud), Denis Laskov (Israël), Corrado Leita (France), Jean-Yves Marion (France), David Naccache (France), Fred Raynal (France).

botconf-header-logo-300x97

Bien entendu, nous avons créé un site Web (sous WordPress pour cette année) et lancé l'appel à papiers : la gestion de la soumission des papiers s'est faite sur Easychair, qui s'est révélé très efficace (et c'est gratuit). Beaucoup de détails ensuite, mais qui ont toute l'importance: conception graphique, impression d'affiches et des t shirts, kakémonos, trouver des restaurants, un traiteur et des chambres d'hôtel pour les conférenciers... Une partie importante du calage du budget portait évidemment sur les frais d'inscription: nous avions prévu un tarif réduit pour les étudiants (que nous avons aussi proposé aux personnes sans emploi) et aux services de police. La gestion de la vente des tickets elle-même s'est fait avec un module additionnel de WordPress (WP Event Ticketing) et les tickets eux-mêmes ont été envoyés par courrier électronique aux participants pour impression, une fois pliés en 4 ils formaient un badge lisible inséré dans une pochette A6.

Le déroulement

BotConf13-30Le déroulement de la conférence fut sans encombre: messages préalables aux conférenciers et participants pour les informer sur la façon d'accéder à Nantes par avion, par train et jusqu'à la salle de la conférence, dîner avec les conférenciers le 4 décembre au soir, l'accueil et la validation des badges au moment de l'arrivée (juste trois cas particuliers à régler sur 168... ouf !) puis respecter le timing tout au long du programme des exposés, gérer les pauses et le repas convivial qui nous attendait dans un restaurant installé sur la Loire, puis faire repartir en sécurité tous nos participants ! Pendant une grosse partie de la conférence, les présentations étaient diffusées en direct par webcast.

Le bilan

Le programme de la conférence était équilibré, vous pouvez le consulter ici avec les présentations et d'ici quelques jours avec les vidéos des conférences. Ainsi, étaient couverts des sujets sur le fonctionnement des botnets, leur détection dans les réseaux, la mitigation et les méthodes de lutte (techniques, mais aussi plus opérationnelles, y compris au travers d'une présentation d'Europol).

Plusieurs blogs ont déjà fait le bilan de la conférence:

et une petite recherche sur twitter vous ramènera quelques retours très sympathiques.

Et après ?

Le succès de la conférence et les nombreux retours positifs nous poussent à renouveler l'aventure en 2014. Après avoir fait le bilan au travers d'un questionnaire de satisfaction diffusé ce week-end aux participants, nous entamerons les travaux de préparation de Botconf 2014. Je peux d'ores et déjà vous annoncer qu'elle devrait se dérouler à Nancy, avec le soutien de l'équipe du Laboratoire de haute sécurité du LORIA, la première semaine de décembre 2014 et que la première étape sera l'ouverture de l'appel à papiers et propositions de conférences dès le début de l'année. Cette année, nous souhaitons voir plus de présentations dans des domaines connexes mais importants dans le champ de la lutte contre les botnets: le droit, l'étude des groupes criminels qui gèrent ces botnets (comment ils se rencontrent, se coordonnent, qui les composent). Merci encore aux participants, aux conférenciers, à nos sponsors et à la super équipe d'organisation ! Si vous souhaitez en suivre l'actualité, connectez-vous à @Botconf et rendez-vous l'année prochaine!

1

anglais English version of this post.

ImageLes 5 et 6 décembre prochains se tiendra à Nantes (France) Botconf 2013, la première conférence dédiée à la lutte contre les botnets.

L'appel à présentations ou articles scientifiques est en ligne sur le site Web de la conférence https://www.botconf.eu/. La date limite pour soumettre des papiers est le 30 juin 2013.

La conférence est ouverte aux chercheurs académiques, industriels et aux services de police. Les étudiants dont les papiers seront sélectionnés recevront une aide pour assister à la conférence (aide financière pour le transport et le logement).

Le comité d'organisation est composé de volontaires de la communauté botnets.fr et le comité scientifique indépendant est composé de spécialistes en sécurité de tous secteurs et de toutes les régions du monde. La conférence se tiendra en langue anglaise.

2

Le Forum du Rhin Supérieur sur les Cybermenaces se tient l'après-midi du 6 novembre 2012 à Strasbourg, dans les locaux de l'Ecole nationale d'administration. Il est organisé par la région de gendarmerie d'Alsace et les officiers de la réserve citoyenne de la gendarmerie. Le thème cette année: «Assurer la confiance malgré les menaces». En 2011, le FRC présentait les résultats d'une étude prospective sur la cybercriminalité de 2011 à 2020 (en pièce jointe, la version anglaise de cette étude ainsi que la version originale en français). Le programme est disponible ici en téléchargement.

Le général d'armée (2S) Marc Watin-Augouard introduit la conférence sur les enjeux de la confiance et de la cybercriminalité.

Trois tables rondes au programme, précédées de deux discours introductifs. Parmi les points clés soulignés par le Général d'armée (2S) Marc Watin-Augouard: la création d'une juridiction spécialisée au niveau national, formation des policiers et gendarmes dès leur formation initiale à la prise en compte du numérique dans leurs missions. Daniel Guinier, quant à lui, développe les enjeux de la dématérialisation: ses différentes composantes (et notamment son application dans les marchés publics qui est de plus en plus souvent obligatoire), sa sécurisation (il fait référence au référentiel général de sécurité).

Les menaces de vol et de détournement d’informations

Dominique Schoenher (Ecole des officiers de la gendarmerie nationale) introduit cette table ronde en soulignant la sensibilité et la vulnérabilité de l'information des entreprises.

Jean-Marc Kolb (CCI Alsace, directeur pour l'économie numérique) revient sur la dématérialisation des procédures: reste à franchir le pas de la délivrance de certificats à des personnes morales et de passer à l'échelle européenne, la faible visibilité sur la pérennité des technologies, la durée de conservation, les risques dans le cycle de vie du document et dans sa transmission; il évoque la tendance forte qui consiste à faire appel à des tiers d'archivage.

Dominique Schoenher revient sur le hameçonnage, notamment quand il cible les entreprises (par atteinte de la marque, ou en la ciblant plus particulièrement par l'abus de l'image de ses partenaires de confiance) et ses formes les plus nouvelles (vishing, smishing, whaling) - rappel: pour faire un signalement de sites de hameçonnage, vous pouvez vous connecter sur http://www.phishing-initiative.com.

Enfin, l'intervention de Maître Cécile Doutriaux porte sur l'exfiltration d'informations de l'entreprise, en particulier par une source interne, et commence par une vidéo démontrant l'utilisation de la stéganographie utilisée par un employé malveillant. L'ordinateur a pour elle peut-être rendu encore plus simple le partage frauduleux d'informations confidentielles; elle revient sur la réglementation et la jurisprudence encadrant les actions que peut réaliser l'employeur pour contrôler l'action de ses salariés (voir l'article de PC Inpact à ce sujet, les recommandations de la CNIL et encore). Pour prévenir ces risques, elle recommande les outils classiques: charte informatique (signée par l'employé ou rendue publique de façon convenable - voir à ce sujet l'arrêt de la chambre sociale de la Cour de Cassation du 15 décembre 2010) et mesures contractuelles (clauses de confidentialité et de non-concurrence, ces dernières devant être limitées dans le temps et dans l'espace). La surveillance technique des flux entrants et sortants doit être déclarée auprès de la CNIL. Judiciairement, le vol peut rarement être retenu, en revanche l'abus de confiance ou la violation du secret de fabrique sont des solutions opérationnelles, ainsi que bien entendu l'obtention de réparations au civil. Me Doutriaux rappelle l'existence d'une proposition de loi sur la violation du secret des affaires.

Les menaces au vu de l’organisation du travail

Daniel Guinier est chargé de l'introduction de cette seconde table ronde et cite quelques chiffres : en 2012, 70% des utilisateurs reconnaissent enfreindre la sécurité au motif de faciliter leurs tâches; en 2013 25% des téléphones mobiles seront des smartphones; en 2015 nous aurons 15 milliards de terminaux mobiles dans le monde... Et un tour des risques: les systèmes d'information de l'entreprise sont utilisés dans l'entreprise, à domicile, en nomadisme ou en télétravail; toutes sortes de supports sont utilisés pour traiter ou stocker l'information (de l'ordinateur personnel au cloud computing en passant par les terminaux mobiles); les outils bureautiques sont autant de sources de problèmes (du papier à la photocopieuse).

Jean-Luc Lang (DSI Wolfberger, Président du Club informatique de l'Est), revient sur les enjeux du fameux "BYOD" (sécuritaires et juridiques).

Bruno Barge (RSI Lohr Industrie, Clusir Est) intervient sur les menaces liées au nomadisme. Il partage quelques questions et constats: comment conserver la sécurité des informations dans un contexte où les activités personnelles et professionnelles se mélangent? le comportement des usagers est au cœur de la sécurité; les digital natives mettent au service de l'entreprise leurs réseaux, une nouvelle richesse. Dans l'installation de l'entreprise à l'étranger leur expérience est la suivante: les coûts de l'itinérance par les réseaux de téléphonie mobile ne sont pas négligeables; l'accès Internet est nécessaire et peut conditionner aujourd'hui une implantation à l'étranger; les différences culturelles doivent être prises en compte, mais il faut savoir imposer ses standards de sécurisation: il faut formaliser les règles, former les gens, ne pas hésiter à déplacer un familier de l'entreprise, conserver certains pouvoirs à l'échelon central, cloisonner les réseaux et garder la maîtrise de la mise à disposition des données. Il préconise le chiffrement des disques durs et des supports amovibles.

Laurent Schmerber (Président Schmerber et 3MA Group) Dresse un panorama des risques liés aux imprimantes et aux photocopieurs. Sa présentation est introduite par une vidéo de sensibilisation sur les risques des copieurs, qui contiennent effectivement des disques durs et sont souvent connectés au réseau.

Les sources de menaces à l’encontre des organismes

Après une introduction par Gilbert Gozlan (Directeur territorial sûreté Nord-Est la Poste), cette table ronde avait trois invités:

Votre serviteurje suis intervenu sur les botnets et les risques qu'ils peuvent présenter aujourd'hui pour les entreprises, notamment par leur variété (voir le Wiki Botnets.fr que j'anime pour ma thèse) et par les modes de contamination (voir l'article que je publiais voilà quelques semaines et notamment les contaminations via des plateformes d'exploit ou par la réception de courriers électroniques piégés) et de communication (souvent par le le protocole HTTP utilisé par le Web et donc souvent accessible depuis le réseau des entreprises) qui rendent leur présence dans les réseaux des entreprises plus facile. En outre, par beaucoup d'aspects, ils peuvent cibler plus sévèrement encore les entreprises, par exemple pour y dérober des informations confidentielles, des connexions vers des banques en ligne, etc.

Philippe Rosa (Directeur associé Eurostratèges) ensuite est intervenu sur le sujet des réseaux sociaux et des risques qu'ils peuvent présenter pour les entreprises s'ils ne sont pas maîtrisés, qu'il s'agisse de messages publiés involontairement ou non par les employés et qui peuvent nuire à l'image de l'entreprise ou révéler des informations confidentielles, par des concurrents qui souhaiteraient nuire à votre image ou encore la publication de faux avis sur des produits ou des services (un sujet particulièrement veillé par les services de la répression des fraudes). Pour prendre en compte ces sujets dans les organisations, il est indispensable de fixer des règles, d'informer ses collaborateurs, par exemple en publiant un guide (le ministère de la défense a diffusé récemment un guide très réussi sur ce sujet), en réalisant des formations. Enfin, il souligne l'importance d'une veille sur ces médias, qui ne demande pas forcément énormément de ressources (commencez par cet article sur Presse-Citron) et la nécessité de disposer de gestionnaires de communauté en ligne qui soient bien formés et en même temps qui ne soient pas livrés à eux-mêmes lorsqu'il faut répondre au public sur des sujets précis voire techniques.

La dernière intervenante était Maître Denise Gross, avocate au barreau de la Plata (Argentine) et doctorante à l'université de Strasbourg. Son intervention établissait un portrait de l'ingénierie sociale, des techniques qu'elle met en œuvre et des parades qui peuvent être employées, la plus importante selon elle étant de former ses personnels à détecter et réagir aux tentatives d'ingénierie sociale (notamment grâce à des jeux de rôle) et d'intégrer dans les équipes d'analyse et de réaction aux incidents la mission de prendre en compte ce type d'alertes, tout en admettant la possibilité que des employés se trompent et en les incitant à rapidement informer la hiérarchie lorsqu'ils surviennent.

Au final donc une après-midi très intéressante avec près de 150 participants de toute l'Alsace, en espérant qu'elle aura apporté aux entreprises et administrations présentes de nombreuses informations utiles pour prévenir de futurs risques cybersécuritaires et cybercriminels.

 

1

Nota: de nombreux ateliers ont lieu en parallèle, il n'est pas possible d'assister à tous, ce compte-rendu de ces trois jours ne représente que ma sélection personnelle, n'hésitez pas à en lire d'autres: Le Monde informatique a déjà publié quelques articles (ainsi que sur l'intervention de l'ANSSI) et certainement d'autres articles publiés dans les jours qui viennent.

Vendredi est donc le dernier jour de ces Assises 2012 pour moi, certains ne repartant que demain matin.

Une journée marquée pour moi par encore de nouvelles rencontres et échanges. J'ai pu assister à la présentation par Renaud Lifchitz de BT France sur ses recherches, précédemment exposées aux GS Days ou à la conference Hackito Ergo Sum de Paris cette année, sur la sécurité des interfaces sans contact NFC des cartes bancaires, une démonstration de Picviz Labs (l'entreprise qui a remporté le Prix de l'innovation 2012) sur sa technologie et enfin à une conférence de clôture avec les discours du Sénateur Jean-Marie Bockel (auteur du rapport parlementaire sur la cyberdéfense) et du directeur général de Cassidian Cybersecurity, Hervé Guillou.

Le message principal de ces deux orateurs est qu'il est impératif de mobiliser les décideurs politiques et les dirigeants des entreprises sur les questions de cybersécurité, qu'elles ne doivent plus être uniquement le sujet des informaticiens. J'ajouterais pour ma part qu'il faut aussi mobiliser les citoyens, les individus qui doivent tous s'accaparer les aspects éthiques, politiques, sociaux ou encore de vie privée liés à la cybersécurité.

Rendez-vous donc l'an prochain pour une autre édition qui sera sûrement tout aussie réussie.

Autres compte-rendus:

Cette deuxième journée des Assises est traditionnellement la plus active, avec pour tous plusieurs ateliers, tables rondes et rendez-vous à honorer, plus de nombreuses discussions impromptues. Pour quelqu'un qui a mon profil il s'agit à la fois de rencontrer des entreprises qui offrent des solutions qui peuvent être utile directement pour mon métier, mais aussi qui peuvent être utiles pour les victimes auxquelles nous avons affaire ou dont elles utilisent les produits et ainsi mieux adapter notre action d'investigation judiciaire aux environnements professionnels.

Quelques moments de ma journée (et il y a énormément d'autres choses intéressantes aux mêmes moments, il ne s'agit pas pour moi de vous recommander ici telle ou telle solution présentée mais bien de partager ces quelques échanges):

  • une présentation de la société Sourcefire qui a une approche intéressante sur le traitement dynamique des attaques en profondeur (note: Sourcefire soutient et utilise deux projets opensource, Snort et Clamav);
  • Zscaler nous a offert un panorama des menaces liées aux sites Web (certaines dont je parlais dans un article récent sur les contaminations virales informatiques) - le site de la recherche chez Zscaler est ici;
  • et Cassidian sur les attaques en profondeur encore et la façon dont ils proposent de s'y préparer et de réagir.
  • l'un des stands sur lesquels j'ai fait un passage m'a convaincu qu'il existe des solutions pour lutter contre les attaques en déni de service (Corero). D'autres prestataires proposent des solutions aux mêmes objectifs (comme Arbor Networks), leurs approches sont certainement complémentaires.

En fin de journée, deux présentations et la remise du prix de l'innovation. David DeWalt (dirigeant dans plusieurs entreprises du domaine de la sécurité comme FireEye ou Mandiant) nous a présenté sa vision des enjeux technologiques et des menaces d'aujourd'hui. Je ne peux pas m'empêcher de constater que son observation de la situation rejoint beaucoup l'analyse que je propose dans le livre La cybercriminalité en mouvement (http://www.lcem.fr/), d'un environnement qui bouge très rapidement sur le plan technologique mais aussi sur le plan de ceux qui cherchent à en abuser.

Ensuite Jean-Christophe Rufin a partagé avec cette salle de spécialistes en sécurité des systèmes d'information sa vision des instabilités et des conflits dans le Monde, vision nécessairement complémentaire du regard habituel sur la "menace" telle qu'elle est perçue par les RSSI.

Enfin, le prix de l'innovation revient cette année à Picviz Labs, société créée il y a quelques années seulement par un fondu de mathématique (Philippe Saadé) et un passionné de sécurité informatique (Sébastien Tricaud). La solution qu'ils ont construit avec leur équipe permet de visualiser des masses de données importantes (des semaines entières de journaux informatiques par exemple) sur un grand nombre de dimensions (dix ou même beaucoup plus de paramètres), avec une interface graphique rapide et de naviguer rapidement dans ces données et identifier la petite bête (une version opensource de leur produit permet d'en tester les capacités).

 

La suite demain !

1

Les Assises de la sécurité sont un des événements importants qui jalonnent l'année des professionnels de la sécurité des systèmes d'information en France où se rencontrent la communauté des RSSI (responsables en sécurité des systèmes d'information) et ceux qui leur apportent des solutions. Elles se déroulent sur trois jours alternant conférences invitées, ateliers de partage d'expérience et salon professionnel.

L'allocution d'ouverture donne cette année la tonalité avec une présentation remarquée de Patrick Pailloux, directeur général de l'ANSSI (agence nationale de la sécurité des systèmes d'information). Il propose trois points clés pour l'action des mois à venir:

  • Poursuivre les efforts en matière d'hygiène élémentaire de sécurité, sujet qu'il avait promu lors de son intervention en fin des Assises l'an dernier. L'ANSSI publie ainsi aujourd'hui une première version d'un document contenant 40 règles permettant de concrétiser cette hygiène élémentaire dans les entreprises. Il est plutôt destiné aux organisations de taille moyenne à grande, même si l'essentiel des règles sont transposables dans les petites structures. L'ANSSI souhaite recevoir rapidement les premières réactions et propositions constructives pour améliorer ce document.
  • Savoir dire non. De la même façon qu'il existe des règles contraignantes pour emprunter les routes, il est important que les règles édictées pour la sécurité des systèmes d'information soient prises en compte sérieusement et contrôlées au sein des organisations. Elles sont nécessaires pour protéger les données et applications sensibles de l'entreprise. Il faut que les responsables et leurs hiérarchies soient en mesure de ne pas céder à toutes les modes, tout en apportant des solutions aux besoins premiers des organisations dans l'environnement concurrentiel ou en tous cas moderne dans lequel elles évoluent. Patrick Pailloux citait ainsi tout autant l'exemple des règles élémentaires autour de l'utilisation des contrôles d'accès aux applications (fermer l'accès quand on quitte son bureau) que la sécurité des accès nomades ou l'arrivée des objets communicants personnels dans les organisations.
  • Enfin, le directeur général de l'ANSSI a mis en avant la préoccupation principale de l'agence aujourd'hui: la sécurité des systèmes industriels et il a réaffirmé avec conviction la nécessité de déconnecter ce type de systèmes de l'Internet et d'explorer d'autres modes d'interaction entre les systèmes de production et les systèmes de communication classiques.

Ces Assises commencent donc avec un message placé sous le signe de l'ambition et de l'appel à l'action.

Les 4 et 5 avril, les partenaires du projet de centre d'excellence français de lutte contre la cybercriminalité (dans le cadre du projet européen 2CENTRE), vous invitent à un colloque à la faculté de droit de Montpellier, pour réfléchir ensemble sur les enjeux de la protection des droits des personnes et des entreprises contre la cybercriminalité.

Le programme et plus de détail sur le site de la conférence: http://www.cicm2012.fr/

Les Assises de la sécurité et des systèmes d'information se tenaient cette année encore à Monaco du 05 au 08 octobre 2011. Une belle réussite grâce aux organisateurs évidemment (DG Consultants), les sponsors et exposants et les très nombreux participants.

Le programme des ateliers, tables rondes et conférences étaient particulièrement denses, aussi ne peut-on assister à toutes évidemment. Les sujets qui ont le plus été discutés: le cloud computing, IPv6, BYOD (apporte ton propre équipement, une tendance qui semblerait se développer et qui pose des problèmes de sécurité) et un fort penchant pour le mot "cybercriminalité" dans le vocabulaire utilisé par les professionnels, en lieu et place des simples "risques" et "menaces".

Quelques présentations auxquelles j'ai assisté:

- Sogeti présentait les travaux de Guillaume Delugré, un des chercheurs de l'ESEC, sur la possibilité d'attaques dans les architectures en nuage à cause du partage de la mémoire vive sur les serveurs eux-mêmes entre plusieurs machines virtuelles (ces résultats avaient été présentés à Hack.lu 2010) ;

- Orange faisait le point sur le déploiement d'IPv6 en pratique (Christian Jacquenet) et les solutions aux problèmes de sécurité que cela pose ;

- Nicolas Brulez (@nicolasbrulez) de Kaspersky a fait une présentation sur l'état de l'art des malwares bancaires ;

- Stonesoft propose à la communauté de partager sur les "Advanced evasion techniques" qui permettent à des attaques déjà connues et souvent détectées par les solutions de sécurité actuelles d'être camouflées ; ils ont décrit ces techniques dans une annonce faite par le CERT-FI et proposent une plateforme d'information sur ce sujet.

- Une table ronde était consacrée à la classification de l'information au sein de l'entreprise. Il s'agit avant tout de mettre en place des mesures adaptées à chaque classe d'information à protéger en prenant aussi bien en compte les impératifs légaux (données à caractère personnel, données médicales, etc.) que la nécessité de protéger le patrimoine informationnel de l'entreprise. Les témoins présents ont fait état d'un processus souvent difficile - en tous cas nécessitant une perpétuelle mise à jour, aboutissant en général à 4 ou 5 niveaux de protection. Ce travail devra nécessairement prendre en compte les évolutions récentes de la législation (notification obligatoire des incidents de sécurité concernant des traitements de données à caractère personnel) ou futures (comme le texte qui serait proposé prochainement sur la protection du secret des affaires).

Enfin, Myriam Quémener et moi-même présentions une table ronde sur les perquisitions en entreprise, avec le soutien du Clusif. Un document sera bientôt publié sur le site du Clusif pour résumer les principaux points de nos présentations.

Pour la clôture des Assises, Patrick Pailloux a présenté le nouveau logo de l'ANSSI dont il assure la direction et lancé un message fort vers la communauté de la sécurité informationnelle.

Je participais aujourd'hui au colloque organisé par l'IMODEV en partenariat avec le Ministère de la justice et l'Université Paris 1 intitulé "Cybercriminalité, cybermenaces et cyberfraudes".

Le programme est par ici. Et ma présentation est téléchargeable ici.

Le colloque se poursuit demain.