Aller au contenu

18

In English anglais

Mise à jour : 30/08/2012 20h10

Oracle vient de publier une mise à jour au moteur Java standard (versions 6 et 7). Il vous est recommandé de le mettre à jour si vous avez Java installé sur votre machine.

Une mise à jour de l'information sur cette vulnérabilité est publiée sur le site d'Oracle. Une analyse de la mise à jour est publiée ici.

Le tweet où tout commence

Vous en avez peut-être entendu (ou lu) parler ici (Korben), ici (eh oui ça touche les Mac aussi!), au Monde Informatique ou même ici (l'ANSSI vous en parle)... Assez peu toutefois dans la presse grand public (en tous cas je n'ai rien trouvé ?), même si des blogs destinés à un public assez large l'évoquent en détail (Numérama ou Malekal).

Il s'agit d'une faille (apparemment un cumul de deux failles), dites 0-day, parce que non révélées auparavant et encore exploitables parce que le produit qui est ciblé n'a pas encore été corrigé. Cette vulnérabilité, référencée sous le nom de code "CVE-2012-4681" dans la base de référence américaine du MITRE, touche le moteur Java de la société Oracle dans sa version 1.7, soit la plus récente. Le CERT US détaille la vulnérabilité.

Chronologie

On vit cette fois-ci un enchaînement et une combinaison de phénomènes particulièrement défavorable (Eric Romang analyse aussi une partie de cette chronologie):

  • 04/2012... (j'en parle un peu plus bas)
  • 26/08/2012, FireEye publie sur son blog l'annonce de cette vulnérabilité jusque là inconnue. Elle leur est révélée grâce à l'étude de ce qu'ils décrivent comme une attaque ciblée d'un de leurs clients (d'autres spécialistes comme Eric Romang ou la société Trend Micro ne croient pas à cette analyse, mais plutôt à une vulnérabilité circulant déjà peut-être depuis quelques mois, Symantec de son côté effectue un rapprochementavec les attaques ciblée d'une équipe surnommée Nitro)
    • FireEye a eu quelques jours auparavant des soucis avec une découverte qui n'en était pas une, alors qu'ils annonçaient avoir découvert un serveur de commande du botnet Gauss, commun avec celui d'un autre botnet semblable, Flame. En réalité c'est la société antivirus Kaspersky Lab qui avait mis en place un serveur pour reprendre le contrôle de ces deux botnets. Cela a peut être précipité leur publication expresse de l'information sur cette vulnérabilité.
  • L'annonce est reprise de nombreuses fois dans beaucoup de blogs sur la sécurité informatique, y compris avec des codes de démonstration (PoC). S'agissant d'une vulnérabilité indépendante des systèmes d'exploitation, elle est potentiellement exploitable sur tous, de Linux à Microsoft Windows en passant par MacOSX.
  • 27/08/2012, il semblerait que les développeurs de différentes plateformes d'exploit annoncent à leurs 'clients' qu'ils vont pouvoir profiter eux aussi de cette vulnérabilité très rapidement (Brian Krebs en parlait lundi au sujet de BlackHole et très vite des chercheurs en sécurité repèrent des serveurs malveillants qui l'exploitent) et selon Kafeine (et ici), l'exploit kit Sakura et Sweet orange semblent être sur les rangs. Je vous ai parlé des plateformes d'exploit dans mon article de décembre 2011 sur le rançongiciel gendarmerie ou dans l'article de février dernier sur le botnet Citadel.
  • 27/08/2012, toujours, Rapid7 annonce que sa plateforme de tests d'intrusion et d'évaluation sécuritaire Metasploit intègre cette nouvelle vulnérabilité dans sa batterie de tests;
  • 28/08/2012, en fin de journée, l'équipe du Kaspersky Lab pousse un petit coup de gueule. On ne sait trop si c'est contre FireEye (encore, la guerre de communication entre les sociétés de sécurité ?) ou bien contre ceux qui ont publié très rapidement des "PoC" (proof of concept, démonstrateurs de l'exploitation de la vulnérabilité).

  • 29/08/2012, on apprend qu'Oracle aurait été avisé de ces vulnérabilités dès le mois d'avril (ComputerWorld) par la société polonaise Security Explorations. Notons qu'il est normal que des vulnérabilités ne soient pas corrigées immédiatement par les développeurs d'un logiciel, le développement d'une correction demandant parfois de nombreux tests pour éviter que de nouvelles failles ou dysfonctionnements soient créés par ces changements.
  • 30/08/2012, à ce jour, Oracle ne reprend toujours pas l'alerte sur cette vulnérabilité et ne semble pas vouloir publier de mise à jour avant celle qui est programmée pour le mois d'Octobre 2012:

Quelque chose ne va pas dans le monde de la sécurité

Je suis assez d'accord avec certains qui ne sont pas satisfaits de cette chronologie, même si elle permet de démontrer un enchaînement particulièrement prévisible, mais qui est ici exacerbé, en moins de trois jours on aura eu:

  • Une société de sécurité qui publie brutalement des informations sibyllines, mais assez faciles à déchiffrer, relatives à une vulnérabilité;
  • Quelques heures après, des chercheurs s'empressent de publier presque en se faisant la course au premier qui le fera, grâce aux éléments diffusés par la dite société, des détails sur la vulnérabilité et la façon de l'exploiter;
  • Un éditeur qui ne communique pas vers son public sur les mesures qu'il envisage de prendre tout de suite ou prochainement;
  • Quelques heures après, les démonstrateurs publiés sont directement intégrés dans les plateformes d'exploits utilisées par les groupes criminels;
  • Très rapidement, des victimes se font exploiter de façon massive, notamment pour diffuser les virus bancaires et autres rançongiciels particulièrement actifs actuellement.

Il est grand temps que les professionnels de la sécurité informatique se mettent enfin d'accord sur des procédures responsables de divulgation des vulnérabilités et ce de façon coordonnée (développeurs, comme chercheurs en sécurité de tous bords). Au vu des conséquences des exploitations aujourd'hui possibles grâce au type de botnets qui sont en activité, il est fort probable que plus de 100.000 euros aient été déjà détournées de victimes à travers le monde (les montants sont difficiles à évaluer, mais c'est l'ordre de grandeur de ce qu'on constate comme gains sur certains botnets en un ou deux jours et comme beaucoup agissent en même temps et que cette vulnérabilité n'est pas forcément celle qui est utilisée pour toutes les attaques il est encore trop tôt pour être plus précis), et vraisemblablement le compteur va finir de tourner tant qu'une mise à jour de Java n'est pas massivement diffusée. Par ailleurs, depuis lundi, des milliers de responsables informatiques se grattent la tête à travers la planète pour savoir comment sécuriser leurs réseaux et s'échangent des scripts pour rapidement désactiver Java 1.7 chez leurs utilisateurs.

Que puis-je faire chez moi ?

Sur un ordinateur personnel, il est vraisemblable que vous n'ayez pas besoin très souvent de Java, même s'il est parfois nécessaire pour certaines applications disponibles en ligne. Il est donc raisonnable d'envisager de désactiver Java dans son ordinateur, au moins pour la version 1.7.

Plusieurs sites expliquent les procédures: le blog Malekal, ou encore ici en anglais. Vous pouvez vous prémunir de ce type d'attaques et bien d'autre en installant des extensions de sécurité telles que NoScript (http://noscript.net/ pour Firefox ou Notscripts ou Scriptno sous Chrome) qui vous permettent d'avoir un contrôle site par site du lancement grâce à des programmes intégrés (scripts) de ce type de modules depuis une page Web.

Dans une entreprise, beaucoup seront peut-être encore à la version précédente qui certes a d'autres vulnérabilités mais permet de faire tourner certaines applications. Si Java n'est pas nécessaire dans votre entreprise, il semble aujourd'hui urgent de le désactiver pour éviter tout incident. Si Java 1.7 est indispensable dans votre contexte, il existe des correctifs non officiels qui pourraient vous aider.

Faites circuler l'information et continuez de vous tenir informés des bonnes pratiques.

Mise à jour : 30/08/2012 20h10

Oracle vient de publier une mise à jour au moteur Java standard (versions 6 et 7). Il vous est recommandé de le mettre à jour si vous avez Java installé sur votre machine.

Une mise à jour de l'information sur cette vulnérabilité est publiée sur le site d'Oracle.

26

Complément du 26/08/2012 13:32

Autre type de manœuvre assez "subtile" que l'on peut rencontrer pour vous inciter à appeler ces numéros en 0899XXXX, l'envoi de SMS comme dans l'exemple ci-contre que je viens de recevoir. Vous noterez que le SMS provient d'un numéro GSM banal (en 07, la nouvelle tranche de numérotation des mobiles) et non pas d'un numéro court ou d'un numéro en 089X. Ici, l'astuce consiste à vous dire que vous avez gagné un chèque et vous laisser supposer qu'il pourrait avoir un montant de 5000 euros (notez le point d'interrogation). Toutes les personnes qui témoignent n'ont gagné que quelques centimes d'euros, même pas payés par le prix de la communication. Encore une fois, il ne faut pas rappeler les numéros de ce type-là dans ces conditions, pour la bonne et simple raison qu'on ne doit pas en France payer pour participer à un jeu concours et les sommes liées à un tel numéro surtaxé vont bien au-delà du partage du coût de la communication.

Le message de cet article est assez simple: il ne faut jamais rappeler un appel depuis un numéro inconnu en 0899... même si on vous laisse un message vocal !

Le principe est lui aussi assez simple: des services fictifs sont montés, un numéro surtaxé obtenu auprès d'un opérateur avec un contrat en bonne et due forme et les victimes reçoivent ensuite des appels depuis le numéro. Parfois il n'y a personne au bout du fil, parfois une bande enregistrée. Sur les quelques milliers d'appels (dont le coût est ridicule pour celui qui les a émis), certaines victimes rappellent avec autant de fois 1,34€ et 0,34€/min sur la facture, d'où le nom d'appels à rebond ou ping call qui est donné à ce type de spam vocal. Je fais ici référence à ce qui se pratique en France, d'autres tranches de numéros surtaxés existent dans les autres pays: voir cet article de Wikipédia Premium-rate telephone number.

Les numéros surtaxés ont des usages parfaitement légitimes et permettent - depuis des dizaines d'années maintenant - de payer pour un service auquel on accède par téléphone. C'est simple, ça évite de donner son numéro de carte bancaire ou son nom, que l'on appelle un service de renseignement, un numéro de téléphone "coquin" ou une "voyante", un service d'assistance technique parfaitement légitime... La seule obligation est d'avertir le consommateur du prix de la communication (petit message au début) et d'offrir évidemment le service qu'il attend.

Dans les cas que j'évoque ici, il n'y a aucun service au bout du fil, parfois il est simulé et on vous incite par une manœuvre qui pourrait être qualifiée de frauduleuse à contacter ce service. On doit avoir une raison objective d'appeler un numéro surtaxé et le simple fait de recevoir un appel depuis ce genre de numéro ne sera jamais une bonne raison. Il est possible que votre numéro ait été collecté à cette fin pour que vous soyez prospecté, mais il est tellement plus simple de fabriquer automatiquement des listes de numéros, le nombre de combinaisons étant limité.

Note: la même technique existe avec l'envoi de SMS faisant la publicité de ce même type de services (ou des numéros SMS Premium), et suit le même principe.

Si vous recevez un appel depuis un tel numéro, comme pour les spams par SMS, il est possible de les signaler au 33700. Il ne vous en coûtera rien depuis Orange, SFR ou Bouygues Télécom qui sont partenaires dans la gestion de ce service de signalement, et le coût est celui d'un SMS normal depuis les autres opérateurs français. Suite aux signalements, des vérifications sont effectuées sur les services offerts et s'ils sont identifiés comme frauduleux, le contrat peut être rompu.

Enfin, plusieurs sites vous donnent des informations sur les méthodes pour bloquer certains appels, par exemple cet article de commentcamarche.net.

Le sujet que j'évoque ici n'est pas nouveau, j'en suis bien conscient, mais il continue de proliférer et il est important de faire circuler l'information.

Que fait le régulateur ?

Alex Archambault me signale sur Twitter (@AlexArchambault) que l'ARCEP a pris très récemment une décision importante. Elle est téléchargeable sur le site de l'ARCEP et date du 17 juillet 2012. En particulier, avec effet immédiatement, il est interdit d'utiliser un numéro en 089X comme identifiant d'appel, justement pour éviter ce type de pratiques. A suivre donc !

9

Un des points de départ de la réflexion sur cet article, est la question de savoir s'il faut réagir aux actions de certaines personnes se réclamant des Anonymous et qui montent différentes opérations contre des sites pédophiles, propédophiles, diffusant des images ou des discussions en rapport avec ces sujets (voir l'article du Monde.fr).

Que se passe-t-il? Des personnes publient des listes de noms, d'adresses électroniques, voire d'adresses postales qui auraient été retrouvées sur différents espaces de discussion, ou d'échanges en rapport avec les atteintes aux mineurs. Par ailleurs, ils s'en prennent à certains de ces sites pour en empêcher le fonctionnement, voire à certains hébergeurs. Enfin, l'information est relayée dans la presse est l'une des questions qui se pose est de savoir s'il peut y avoir des suites judiciaires. Les personnes qui critiquent ces actions se voient parfois reprocher d'être favorables aux pédophiles.

Pour l'instant, il semblerait que sont essentiellement concernés des personnes résidant en Belgique ou aux Pays-Bas.

Beaucoup de problèmes sont soulevés par ces actions:

  • ceux qui les réalisent commettent différentes infractions et ils pourraient être mis en cause ;
  • de façon générale, il n'est pas du rôle du public de mener des enquêtes, mais celui des autorités judiciaires, dans le cadre prévu par la loi qui préserve les droits des individus et la présomption d'innocence ;
  • au passage, des personnes totalement innocentes peuvent voir leur identité mise en relation avec des infractions qu'ils n'ont pas commises, qu'il s'agisse d'erreurs d'appréciation, d'absence de preuves, de pseudonymes ou d'homonymes ;
  • il n'est pas certain que cela puisse permettre des enquêtes judiciaires, selon les circonstances et selon les pays ;
  • des enquêtes judiciaires en cours pourraient être compromises, notamment s'agissant d'opérations visant à infiltrer ce type de plateformes.

Sur Twitter aussi

Ce qu'il ne faut pas faire sur Twiter

Une autre série de débats est née de multiples "retweets" ces derniers jours appelant à signaler des comptes Twitter soupçonnés soit très clairement de diffuser des images à caractère pédopornographique, soit d'être favorables à la pédophilie. On pourra notamment lire l'article du Figaro à ce sujet et un article de blog cité par cet article (blog de Paul da Silva).

Que font les services d'enquête et la justice ?

L'action dans ce domaine est quotidienne et résolue, en Europe et plus particulièrement en France. La législation française est particulièrement claire, réprimant tout aussi bien la pédopornographie que les propositions sexuelles à des mineurs de moins de quinze ans. La pédopornographie est toute représentation pornographique mettant en scène des mineurs (c'est-à-dire des personnes de moins de 18 ans). Sont interdites la fabrication de ces documents (images ou vidéos notamment), leur diffusion ou encore leur détention ou leur consultation habituelle. Plusieurs dizaines d'enquêteurs de la police et de la gendarmerie ont été formés en France depuis le vote de la loi sur la prévention de la délinquance en 2007 aux investigations sous pseudonyme qui permettent notamment de mener des enquêtes dans des espaces de discussion destinés à préparer ou réaliser de telles infractions contre des mineurs.

L'action judiciaire se déroule la plupart du temps avec une certaine discrétion pour préserver les droits de l'ensemble des parties, qu'il s'agisse des victimes ou des mis en cause. Certaines affaires sont médiatisées pour sensibiliser le public sur cette action et contribuer à la prévention de tels faits, ou parce qu'elles se sont déroulées sous le regard du public. Au passage, contrairement à ce qui a pu être écrit dans la presse récemment, ce n'est certainement pas la semaine dernière "la première fois" qu'un compte Twitter a été fermé pour diffusion de contenus pédopornographiques.

Que peut faire le public contre les atteintes aux mineurs sur Internet ?

Il est important de se tenir informé sur les risques, notamment si l'on est parent ou que l'on s'occupe d'enfants. Il est important dans ce contexte de maintenir un dialogue avec les enfants sur leur pratique de l'Internet et selon leur âge de contrôler éventuellement cet usage (par exemple avec l'aide d'un logiciel de contrôle parental, mais ce ne sera jamais suffisant).

Si on découvre des faits qui semblent relever d'infractions de cette nature, la seule bonne solution est de les signaler aux services chargés d'enquêter sur ces faits. En France, la plateforme de signalement conjointe à la police et à la gendarmerie est hébergée par l'OCLCTIC et joignable à l'adresse: https://www.internet-signalement.gouv.fr/. En Belgique, l'adresse est https://www.ecops.be/. Une vérification systématique est réalisée sur les signalements transmis à cette équipe et si une enquête est justifiée elle sera rapidement confiée à un service spécialisé. D'autres canaux existent pour la dénonciation de contenus illicites de ce type, notamment le Point de contact de l'AFA en France (et le lien présent obligatoirement depuis la page d'accueil de tout FAI ou hébergeur en France), ou encore le réseau INHOPE.

Il ne faut surtout pas rediffuser l'adresse de ces contenus (qu'il s'agisse de l'adresse d'un site Web ou le pseudonyme d'un compte Twitter) à d'autres en appelant à les "dénoncer en masse". D'abord c'est contre-productif, parce que l'objectif est justement que ce type de contenu ne puisse être visible et qu'une seule dénonciation suffit à ce qu'un contenu soit évalué, notamment sur les plateformes de signalement officielles. Ensuite, on risque de soi-même commettre une infraction : pour diffamation si la situation a été mal évaluée (on retweete souvent ce type de message sans vérifier, ce qui semble normal) ou bien a contrario si l'on facilite la diffusion du contenu illégal (ne pas oublier que Twitter est un média mondial et qu'on est en principe lu et lisible par tout le monde).

Rajoutons que sur Twitter en particulier (voir la page d'information), comme sur Facebook (pages d'aide), on peut directement signaler un contenu préjudiciable par différentes fonctions (Lien "Signaler ce contenu" à côté d'une vidéo ou d'une image sur Twitter, ou lien "Signaler" dans le menu déroulant de chaque contenu sur Facebook).

Si un enfant est manifestement en danger immédiat, il faut prévenir rapidement des services capables de traiter urgemment la situation, par exemple en composant le 17 ou le 112 en France ou encore le 119 Allo Enfance en Danger (le 119 est joignable 24h/24 et 7 jours sur 7). Voir sur Wikipédia la liste des numéros d'urgence selon votre pays.

Enfin, si l'on souhaite s'investir durablement, différentes associations contribuent en France et ailleurs à la lutte contre les atteintes aux mineurs sur Internet. On peut citer sans ordre de préférence la Fondation pour l'EnfanceAction Innocence ou encore e-Enfance, et il y en a d'autres abordant ces questions sous différents angles.