14

Le 1er mars 2011 était publié au Journal officiel le Décret n° 2011-219 du 25 février 2011 relatif à la conservation et à la communication des données permettant d'identifier toute personne ayant contribué à la création d'un contenu mis en ligne. Il s'agit notamment de préciser les mesures prévues par l'article 6, dans son paragraphe II, de la loi pour la confiance dans l'économie numérique du 21 juin 2004 (implémentant elle-même en droit français les dispositions de la directive européenne 2000/31/CE).

Ce texte comprend deux chapitres principaux. Le premier vient préciser les données à conserver par les fournisseurs d'accès et les hébergeurs pour permettre l'identification des personnes qui ont contribué à la création d'un contenu sur un service de communication au public en ligne. Le second précise les modalités d'accès à ces informations dans le cadre des enquêtes administratives relatives à la prévention des actes de terrorisme. Il s'agit dans ce dernier cas d'une extension à ce contexte des dispositions existant déjà pour l'accès aux données détenues par les opérateurs de communications électroniques au titre de l'article L34-1 du code des postes et communications électroniques.

Ces données ont vocation à être accédées dans le cadre d'une réquisition judiciaire, ou d'une demande administrative prévue par la loi. On rappellera que pour l'enquête pénale, les demandes judiciaires sont notamment encadrées par les articles 60-1 et 60-2 du code de procédure pénale.

Au contraire de l'article L34-1 du code des postes et communications électroniques, il n'était pas demandé ici au pouvoir réglementaire de préciser les catégories de données qui doivent être conservées, mais de façon plus précise les données qui sont concernées par cette obligation. Ainsi, on se retrouve avec un texte à la fois plus précis que le décret portant plus généralement sur les opérateurs - cf. articles R.10-12 à R.10-22 du code des postes et communications électroniques (et qui concerne donc aussi les fournisseurs d'accès à Internet), mais difficile à comparer. On notera toutefois au passage que la durée de conservation a été uniformisée dans les deux cas à un an.

Les exemples et les précisions que je donne ici ne représentent que mon point de vue personnel sur ce texte, ils ne sauraient évidemment engager une juridiction sur son interprétation éventuelle. Toutefois, ces informations sont basées sur ma connaissance des pratiques en la matière, aussi bien du côté des prestataires techniques que des besoins des enquêteurs.

L'article 1 liste les données à conserver

Les termes utilisés dans le décret sont volontairement génériques et cherchent à maintenir une certaine neutralité technologique. L'objectif est bien dans tous les cas de contribuer à l'identification de la personne ayant publié un contenu donné.

- Pour les personnes fournissant un accès à Internet :

  • L'identifiant de la connexion (en pratique une adresse IP) ;
  • L'identifiant attribué par ces personnes à l'abonné (selon les FAI il s'agira d'un identifiant de connexion, d'un pseudonyme choisi par l'utilisateur, d'un identifiant de carte SIM ou d'un numéro de téléphone) ;
  • L'identifiant du terminal utilisé pour la connexion lorsqu'elles y ont accès (l'adresse MAC de l'équipement par exemple) ;
  • Les dates et heure de début et de fin de la connexion (cette notion est superflue pour les FAI qui ne gèrent pas de sessions de connexion) ;
  • Les caractéristiques de la ligne de l'abonné (s'il s'agit d'une connexion par ADSL, par appel téléphonique RTC grâce à un modem, via un point d'accès Wifi, etc.) ;

Selon les configurations, il n'y a pas de sessions mais des accès permanents possibles pendant toute la durée de l'abonnement, dans ce cas les dates et heures de début et de fin n'ont pas de sens. En revanche, un FAI peut autoriser des modes de connexion différents pour un même abonné. Et par exemple, un même abonné pourrait se connecter de chez lui en ADSL (sans forcément de notion de début et de fin de session) et accéder ponctuellement via des points d'accès Wifi, avec une authentification et des débuts et fins de sessions.

- Pour les hébergeurs et pour chaque opération de création :

Rappelons que les hébergeurs sont, selon la loi pour la confiance dans l'économie numérique, "les personnes physiques ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour mise à disposition du public par des services de communication au public en ligne, le stockage de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature fournis par des destinataires de ces services".

  • L'identifiant de la connexion à l'origine de la communication (adresse IP d'origine, ou toute autre information pertinente - dans une structure intégralement gérée par un opérateur de téléphonie mobile il pourrait envisager d'utiliser le numéro de téléphone mobile ou le numéro IMSI de son abonné qui publie des informations sur un site géré par le même opérateur) ;
  • L'identifiant attribué par le système d'information au contenu, objet de l'opération (une référence d'article ou de commentaire, l'URL ou la position dans une arborescence d'une page Web, la référence d'une petite annonce, etc.) ;
  • Les types de protocoles utilisés pour la connexion au service et pour le transfert des contenus (accès via l'interface Web, via un accès FTP, par envoi de SMS ou MMS, etc.) ;
  • La nature de l'opération (création, modification ou suppression) ;
  • Les date et heure de l'opération ;
  • L'identifiant utilisé par l'auteur de l'opération lorsque celui-ci l'a fourni (si par exemple, la personne utilise un pseudonyme pour se connecter ou une adresse de courrier électronique, qu'il y ait une authentification ou une simple déclaration) ;

- Dans les cas où il y a un contrat, ou la création d'un compte auprès du fournisseur d'accès ou de l'hébergeur, et dans la mesure où ces données sont collectées :

  • Au moment de la création du compte, l'identifiant de cette connexion (par exemple, l'adresse IP depuis laquelle la personne se connecte pour créer son compte) ;
  • Les nom et prénom ou la raison sociale ;
  • Les adresses postales associées ;
  • Les pseudonymes utilisés ;
  • Les adresses de courrier électronique ou de compte associées ;
  • Les numéros de téléphone ;
  • Le mot de passe (si le système utilisé stocke le mot de passe en clair) ainsi que les données permettant de le vérifier (hashs ou autres techniques permettant de stocker de façon sécurisée un mot de passe) ou de le modifier, dans leur dernière version mise à jour ;

- Dans les cas où des opérations de paiement sont réalisées dans le cadre du service offert par le fournisseur d'accès ou l'hébergeur, et pour chaque opération de paiement :

  • Le type de paiement utilisé ;
  • La référence du paiement ;
  • Le montant ;
  • La date et l'heure de la transaction.

L'article 2 précise ce qui constitue une opération de création de contenu

"La contribution à une création de contenu comprend les opérations portant sur :

  • a) Des créations initiales de contenus ;
  • b) Des modifications des contenus et de données liées aux contenus ;
  • c) Des suppressions de contenus."

L'article 3 fixe la durée de conservation

La durée de conservation de ces informations est fixée à un an à partir de chaque connexion ou contribution à un contenu. Pour la fiche reprenant les informations personnelles du compte ou du contrat, elles doivent être conservées un an après la clôture de ce compte.

L'article 4 précise les conditions de conservation

Il est rappelé que leur sensibilité justifie des mesures de sécurité proportionnées, conformément à l'article 34 de la loi informatique et libertés.

Les conditions de conservation doivent aussi permettre de répondre "dans les meilleurs délais" aux demandes de l'autorité judiciaire.

Conclusion

Dans la très large partie des cas, ce texte ne change rien aux pratiques existantes de la part des professionnels ou des plateformes d'hébergement y compris basées sur des logiciels libres. Pour les fournisseurs d'accès à Internet, ce sont exactement les mêmes données qu'ils conservent déjà dans le cadre de l'application de l'article L34-1 du code des postes et communications électroniques, formulées de façon différente parce que répondant à une législation distincte et des objectifs qui ne sont pas exactement les mêmes.

Pour les hébergeurs, il s'agit d'une clarification bienvenue sur ce qui pourrait leur être demandé, chacun étant concerné par les données qu'il collecte lui-même.

Ainsi, dans les situations complexes où plusieurs acteurs interviennent dans le processus d'hébergement, il leur revient de fixer - éventuellement par le biais de contrats - les responsabilités des uns et des autres et d'être en mesure d'indiquer aux autorités susceptibles de les requérir le bon interlocuteur. Par exemple, un blog et ses commentaires, même s'il est sous la responsabilité de son titulaire, peut être administré sur le plan technique par une plateforme hébergeant des milliers de blogs différents. C'est bien à elle que revient la responsabilité de conserver ces données et de répondre aux réquisitions.

Dans le cas où une personne, une entreprise, une association loue un serveur et l'administre elle-même auprès d'un "grand" hébergeur, il lui revient de le configurer (ou de le faire configurer par un prestataire) de façon à conserver les bonnes informations lorsqu'elle y installera un forum ou la possibilité de poster des commentaires. Le "grand" hébergeur évoqué ici a en revanche l'obligation de disposer des coordonnées de la personne à laquelle il loue le serveur, et éventuellement les informations de paiement.

D'ores et déjà, dans ces situations et dans la plupart des cas, les enquêteurs parviennent déjà très facilement à identifier le bon interlocuteur.