Aller au contenu

Ce court article pour continuer de vous informer sur l'affaire CallService, au travers d'informations glanées dans un autre article publié aujourd'hui. (voir mon article précédent sur le sujet)

On y apprend que l'analyse de l'adresse IP derrière laquelle était hébergé callservice.biz diffusait aussi:

  • 1001russian-bride.com : un service permettant de se trouver une épouse russe ;
  • et AdmiralSlots.com un casino en ligne...

On y apprend surtout quelques réactions relevées sur des sites de l'underground russophone :

  • Des avertissements envoyés sur le forum xakepok pour inciter les utilisateurs de CallService que les détails de leurs connexions ou de leur compte d'abonné étaient entre les mains du FBI et qu'il ne fallait plus utiliser leur compte ICQ (ICQ est très utilisé dans cet univers cybercriminel) ou leur adresse de courrier électronique.
  • On s'inquiète dans un autre forum des conséquences judiciaires (eh oui... aux USA, le suspect principal risque 39 ans 1/2 d'emprisonnement).
  • Enfin, un message sur CarderNews.ru rappelle quelques règles de sécurité et appelle à ne pas trop s'inquiéter (eh oui... il faut rassurer ses clients ! on est dans un univers de services pour les petits criminels comme je vous le disais hier).

3

Les autorités américaines ont annoncé hier avoir entamé les procédures de mise en accusation (voir le document de la cour du district sud de New York) du biélorusse Dmitry N. qui est soupçonné, avec son complice Sergey S., d'être le gérant du site callservice.biz.

Le service qu'ils offraient sur ce site consistait à procéder à des appels téléphoniques de confirmation en langue allemande ou anglaise, avec une voix d'homme ou de femme. Ces appels sont parfois réalisés par les banques pour vérifier des transactions d'un montant important ou changer des informations personnelles. Chaque appel réussi était facturé $10.

Aujourd'hui le site n'est plus opérationnel:

En effet, il a fait l'objet d'une prise de contrôle par le FBI américain, sur l'ordre de la justice de l'État de New York.

Dmitry N. a été interpellé jeudi 15 avril en République Tchèque, tandis que Sergey S. était interpellé en Biélorussie (ou il a été mis en accusation). Dans le même temps, les autorités lithuaniennes procédaient à la saisie des serveurs informatiques où était hébergé callservice.biz ainsi que cardingworld.cc.

Leurs activités duraient depuis juin 2007 (le domaine callservice.biz a été créé le 28 juin 2007). Il aurait permis à plus de 5400 occasions (donc pour un chiffre d'affaires de l'ordre de 54.000 dollars) à des délinquants (plus de 2000 "clients" satisfaits selon le site criminel lui-même), non anglophones ou non germanophones, ayant mis la main sur des données personnelles de conduire des transactions poussées avec des établissements bancaires. Il leur suffisait de fournir nom, adresse, date de naissance, numéro de sécurité sociale, et autres informations en leur possession.

Nous avons donc maintenant un acteur de plus à rajouter dans la liste des participants à la fraude organisée sur Internet, l'interprète ou peut-être l'acteur (proposez des noms, je n'ai pas de traduction satisfaisante pour beaucoup des autres acteurs comme les "pasteurs" - herders en anglais - de botnets). Les détails qui ont été fournis par les autorités américaines ne permettent pas de savoir s'il s'agissait de personnes recrutées par Internet ou dans l'entourage des auteurs principaux.

D'autres articles sur cette affaire:

Brian Krebs fait référence à d'autres services similaires dont peut voir les annonces sur Verified.ru (un forum similaire à CardingWorld): Atlanta Alliance et Aegis Team (géré par un certain CallsManager). Tous deux offrent aussi à la vente un certain nombre de produits (à acheter avec une carte bancaire volée et qui peuvent être ensuite revendus sur Ebay...) ou mettent en relation des mules et leurs clients. Un véritable boom donc dans les services aux criminels de l'Internet.

Atlanta Alliance (capture réalisée par B. Krebs)

2

Site Web de l'émission Les Infiltrés (France 2)

L'émission diffusée par France 2 cette semaine (mardi 6 avril 2010 en deuxième partie de soirée) est visionnable sur le site Internet de l'émission. Tout un débat s'est développé, avant et depuis la diffusion pour critiquer l'action des journalistes qui ont signalé les faits découverts au cours du reportage à des services d'enquête. Ce débat - que je me garderai bien de trancher - ne doit pas occulter le fond du problème.

Cette émission montre d'abord, s'il était nécessaire, que le phénomène des rencontres entre des prédateurs et des enfants sur Internet est loin d'être une fiction et qu'il est nécessaire de développer une réponse adaptée. J'ai développé à plusieurs reprises l'action de nos enquêteurs dans le cadre des cyberpatrouilles, rendues possible depuis un an maintenant. Et cela confirme donc qu'il faut continuer de développer ces dispositifs et former de nouveaux cyberpatrouilleurs.

C'est aussi une sensibilisation intéressante pour les parents, qui doit les inciter - non pas à leur interdire d'aller sur Internet - mais à parler de ces sujets avec leurs adolescents, maintenir le dialogue, les prévenir de ces risques, s'intéresser à leurs activités en adaptant les contraintes à l'âge de son enfant (notamment ne pas laisser les plus jeunes seuls sur Internet). Plusieurs associations diffusent des conseils utiles (Action Innocence, e-Enfance) ou le site Internet Sans Crainte.

Enfin, un sujet est particulièrement préoccupant parmi ceux qui sont dénoncés dans le reportage : le sérieux des entreprises qui gèrent des chats et autres sites dédiés aux plus jeunes. Parmi les problématiques évoquées :

  • la publicité non adaptée au public, dès la page d'accueil ;
  • plus grave, l'absence de modération sérieuse.

Je me contenterais de citer la recommandation pour la création d'une marque de confiance des fournisseurs d'accès à Internet et de services en ligne, à laquelle nous avions contribué sous l'égide du Forum des droits sur l'Internet (extraits de la recommandation) :

1.3 Le prestataire ne diffuse pas, dans les pages qu’il édite sauf dans les espaces réservés aux adultes, des publicités faisant la promotion de contenus violents, pornographiques ou attentatoires à la dignité humaine.

1.4 Le prestataire ne diffuse pas, sur les services et les contenus manifestement destinés aux mineurs qu’il édite, de publicités faisant la promotion de certains biens ou services inappropriés (par exemple : contenus érotiques, services de rencontres pour adultes, loteries commerciales, jeux d’argent, alcool, tabac) ou contraires à la recommandation « enfant » du BVP.

1.5 Le prestataire s’engage à ne pas diffuser, sur les pages qu’il édite sauf dans les espaces réservés aux adultes (protégés par un dispositif empêchant les mineurs de consulter ces contenus), des contenus pornographiques, violents ou attentatoires à la dignité humaine. Il s’engage, en outre, à ne pas faire figurer des liens hypertextes vers de tels contenus depuis sa page d’accueil.

[...]
1.27 Lorsqu’il crée un espace interactif spécifiquement dédié aux mineurs, le prestataire s'engage à modérer les propos échangés conformément à la charte d’utilisation prévue au 1.19, tout le temps de leur accessibilité au public. Le modérateur répond aux sollicitations ; il est spécifiquement informé des procédures à mettre en oeuvre en cas de signalement de contenus ou de comportements illicites.

Même si une telle marque de confiance n'a pas encore été créée, ses recommandations sont parfaitement adaptées à ce type de services qui, s'ils ne les respectent pas, non seulement mettent en danger des enfants, mais risquent de tomber sous le coup de la loi (notamment au regard de l'article 227-24 du code pénal).

Faites-vous votre propre opinion, et informez-vous, en regardant ce reportage et les échanges qui ont suivi sur le plateau.

2

Le 4ème Forum International sur la Cybercriminalité qui s'est déroulé les 31 mars et 1er avril 2010 a tenu ses promesses, avec plus de 2200 participants, des dizaines d'exposants, 30 ateliers et conférences pour répondre aux attentes de tous. La reprise assez importante par la presse de cet événement dénote l'intérêt du grand public pour une plus grande sensibilisation sur ces sujets. La présence nombreuse de nos interlocuteurs dans les entreprises, régionales ou nationales montre aussi une véritable préoccupation.

Un public nombreux à l'ouverture du FIC 2010

Le FIC est aussi devenu un véritable événement Européen et International avec la présence de nos partenaires de dizaines de pays. J'ai ainsi pu rencontrer les collègues que j'y côtoie habituellement (Belges, Anglais, Allemands, ...), mais par exemple un camarade de la gendarmerie royale du Maroc ou écouter l'exposé de Mohamed Chawki (Conseil d'Etat, Egypte) nous exposer la situation dans son pays et ailleurs en Afrique en matière de législation contre la cybercriminalité.

Dans quelques jours, les photos et les compte-rendus des ateliers seront disponibles sur le site de la conférence.

Guides contre la cybercriminalité

Deux guides qui ont beaucoup contribué au succès du FIC ont été publiés dans une nouvelle édition, chacun à destination d'un public différent.

Le guide pratique du chef d'entreprise face au risque numérique (4° éd.)

Rédigé avec le soutien du Clusif et de l'association S@ntinel, ainsi que de nombreux partenaires publics et privés. Le guide est organisé en deux grands chapitres:

  • Douze études de cas (La divulgation de savoir-faire, Le vol d'ordinateur portable ou de PDA, La défiguration de site Web,...)
  • Les recommandations des institutions.

Il a été distribué au cours du salon et sera disponible en téléchargement très bientôt sur le site du FIC (mais on le trouve déjà en cherchant bien...). Indispensable !

Cybercrimin@lité, réflexes et bonnes pratiques (2° éd.)

Plus discret, car destiné au public des enquêteurs et des magistrats, ce guide en est déjà à sa deuxième édition. Il a été rédigé sous la houlette d'un comité rédactionnel régional trans-frontière: Eric Absil (RCCU Charleroi), David Cassel (NTECH à Arras), Serge Houtain (RCCU Tournai) et Laurent Frappart (NTECH à Arras) et le nombre de contributeurs est particulièrement nombreux.

Ce guide est organisé en cinq grandes parties:

  • Un chapitre d'introduction et de définitions
  • Vecteurs et supports de la cybercriminalité
  • Les constatations dans l'espace virtuel
  • Les cadres légaux belge et français
  • 11 fiches réflexes

Bilan des conférences et ateliers

Tout d'abord un coup de chapeau à mes camarades de la Région de gendarmerie Nord Pas de Calais et à tous leurs partenaires pour la réussite de cet événement ! Je n'ai malheureusement pas pu assister à beaucoup des conférences et ateliers, mais un sujet était très présent cette année, jusque dans les conclusions du Général d'armée Marc Watin-Auguouard, la cyberdéfense.

La France et l'Europe sont-elles prêtes dans la lutte contre les nouvelles formes de conflit sur les réseaux et les risques les plus graves contre nos infrastructures vitales ? Le bilan de la table ronde dédiée à ce sujet est positif, même s'il reste des efforts à faire, notamment en termes de connaissance du dispositif par l'ensemble des acteurs concernés (comme le portail officiel sur la sécurité informatique).

A titre personnel j'indiquerais qu'il faut peut-être encore plus décloisonner les interactions public-privé (les partenariats public-privé dans la cyberdéfense étaient le thème de cette table ronde). On sent en effet, malgré les ouvertures et les projets communs qu'il manque une fluidité dans la circulation de l'information. Les OzSSI (observatoires zonaux de la sécurité des systèmes d'information) sont un outil de ce décloisonnement, peut-être faut-il attendre maintenant des entreprises qu'elles partagent plus facilement l'information, notamment au sein d'un même secteur économique, pour être ensemble mieux préparées aux risques.

Rendez-vous en 2011 !